BangBang : bangbangblog.com

Rien à dire

Tournée européenne, jour 12 : Tati cool.

julieb
15 novembre 2009

Ne lisez pas ce billet si vous n’avez pas rien à faire ou si vous êtes déçus du sort de l’humanité.

Nous rerererevoilà à Paris pour quelques jours off, et parlant de pari, nous sommes allés au Casino de Paris, mais pas pour jouer. Pour voir Andrew Bird, le gars qui fait des loops de violon, qui siffle, qui joue d’la guit et qui buzze avec un sousaphoniste frisé un peu poche à la fin. Intéressant, mais pas à couper le souffle. J’ai un peu de difficulté avec les loop de violon, quoiqu’il y en avait de très bons. D’ailleurs, moi, je flusherais le violon, il devrait rester à la guit et anyway, ça fait perdre l’essentiel de ses mélodies. J’trouve. Moi, chu d’même. J’sais pas, des fois, j’ai l’impression que nous, les violonistes, on est comme pognés avec notre instrument. J’sais pas pourquoi j’écris ça.

Sinon, on a buzzé (la réhabilitation du terme buzzer se poursuit tant bien que mal) dans le cadre de la soirée thématique «on niaise les side project de chacun». Réveil brutal à midi avec Quick/Starbucks et saut au mythique Tati où on a acheté un jeu de fléchettes, un autre de bingo, une mini table de pool et des bas culottes que vous verrez probablement sur scène à Namur dans les prochains jours. J’suis vraiment fière de notre visite au Tati. Mais j’aime mieux Renaissance.

Cet après-midi, musée d’Orsay. Je voulais voir l’expo d’Art nouveau mais disons que c’était un peu décevant. Je n’en parlerai pas trop car il y a des blogs Bang Bang qui traitent d’arts visuels, donc j’ai plus ou moins rapport, et à part quelques cours ici et là, je n’y connais rien. Même auditif, j’suis limite. Peu importe. Par contre, j’ai bien aimé James Ensor. J’y retournerais, même. J’sais pas, j’ai comme eu une espèce de mini (re) prise de conscience en prenant connaissance de son oeuvre et des grandes lignes de sa vie. L’instabilité, la colère, mal prendre la critique, on connait. Et que ça se voit dans son oeuvre…c’est rassurant et inspirant. Aussi, si je vais au Musée, j’aime bien revenir sur mes pas mais nous étions cinq en plus des milliers de touristes (qu’est-ce que le summum du kétaine si ce n’est de se faire photographier devant un Van Gogh?). Demain, Pompidou. On veut être un peu plus choqués, pas voir des tournesols. Mais on dira ce qu’on voudra…rendez-vous artistique! Latté showbizz! Aye, en passant, c’est pas dur à comprendre: MÉD-zo la-té-pouR-han-poR-Ter.

Pour varier un peu, voici le moment ou je me mets à chialer sur les conditions: ce qui me gosse dans’ vie, ce sont les femmes de chambre qui font ta chambre même si t’as mis le carton. Pire, quand y’a pas de carton pantoute et que tu sais pertinemment en te couchant qu’elle va rentrer le lendemain à 9h30 et te voir en bobettes. Là, mon makeup, qui était étalé sur mon lit, a été rangé, mon laptop, déplacé et le seul essentiel, un savon neuf, n’est pas là. Aussi, je me demande à quoi ça sert de faire le lit si tu changes pas les draps. C’est juste une manipulation supplémentaire, et dieu sait qu’elles doivent pas se laver les mains entre chaque chambre ou entre la toilette pis l’oreiller. Ok, j’suis pas si freak sur l’hygiène. C’est pas parce que je purelle chaque bol de toilette et que je flushe avant d’aller aux toilettes depuis le début de la tournée que je suis freak de l’hygiène.

C’est ben à cause du monde comme moi que le monde va mal. Ça, c’est la fois où Bang Bang va songer à me congédier de mon blogue.

Un commentaire
  • André de Sorel
    15 novembre 2009

    Faudra faire pire pour qu’on te congédie.

    … des jokes de Claude Dubois, genre… ou révéler tous les punchs d’Antechrist parce que tu n’as pas aimé ça… ou révéler des punchs de Lost en générale.

    Pour le reste, tout va bien pis on espère que tu seras de retour pour le party d’bureau.

Rien à dire

julieb

www.grenadine.bandcamp.com

À propos

RUBRIQUES