BangBang : bangbangblog.com

Rien à dire

Verdun street cred

julieb
25 octobre 2009

Dûr dûr retour à la vie quotidienne.

On s’habitue à ne rien faire pour survivre, à se faire organiser l’emploi du temps (tout le monde fait pipi en même temps comme à la maternelle) et à se faire traîner du point a au point b au point c au point d au point e… JE VEUX REPARTIIIIR. Aussi, je ne sais pas trop par où commencer dans mes aventures doctorales, même si ça semble un peu sorti de nulle part comme questionnement de graine pour l’instant. Aujourd’hui, prise de vitamine C, soja, 12 heures de sommeil, pit stop au Jean Coutu, achats, nettoyage des toilettes, lavages, mais pas de vaisselle quand même. Une chose à la fois. Faire la vaisselle? Ça me semble aussi saugrenu que faire la file pour acheter une bière. Dorénavant.

Je niaise.

Nos tatouages de débiles indélébiles de road commencent à pâlir, mais ils n’auront pas le temps de s’effacer complètement.

Et quel dimanche soir brun. Je dors. Je sens que c’est pas vraiment le jetlag. Ma personnalité est vraiment en train de se détraquer.

Aussi, on ne m’y prendra pas deux fois: oublier son iPod dans l’avion, c’est vraiment toton. Mais j’avoue que c’est rock:

-T’en es à ton combientième iPod perdu en tournée?
-Trois, toi?
-C’est ma première fois.

Celui-ci, en plus d’être rose, est bien garni. Que des succès. Incluant…Il prend des vidéos de road aussi. Rémi-Pierre? Tu torches à la bass? Tu kickes le chant? Ça s’en va sur mon iPod.

Nouveau café à Verdun découvert avec mon nouveau voisin Le husky (qui prépare un deuxième album). Eh oui, le pied à peine posé à Montréal, je vais prendre un café avec Le husky. How cool. Le retour de 2006 en force. Me balader dans les rues de Verdun, meilleure chose au monde. Ou deuxième. Ou définitivement dans le top.

Objectifs de la semaine: écrire un ou deux billets intelligents avant de repartir. Retrouver un semblant de vie sociale. Souper chez mes parents. Ignorer Manu. Watchez-moi ben.

7 commentaires
  • how cool
    26 octobre 2009

    how cool? yeah, you’re so cool to speak in english, la langue des winner, le français c’est pas important, même la Cours Suprême du Canada l’affirment, et eux, sont too much! surtout qu’il n’existe pas de mot en français pour traduire « how cool », vraiment une langue de looser not so cool pantoute!

  • Julie Brunet
    26 octobre 2009

    combien cool d’envoyer des critiques anonymes.

  • Julie Brunet
    26 octobre 2009

    By the way: COUR suprême pas de «s» et affirmE troisième personne du singulier.

  • Emmanuel Ethier
    27 octobre 2009

    ignorer manu? je me sens important là. à moins que tu parles du manu dans la chanson de renaud…

  • Julie Brunet
    28 octobre 2009

    Dans la chanson de Vallières en fait.

  • André de Sorel
    30 octobre 2009

    Hep « how cool»…

    «How cool»? «Yeah, you’re so cool to speak in English», la langue des winners. Le français ce n’est pas important, même la Cour Suprême du Canada l’affirme et elle est «too much»! Surtout qu’il n’existe pas de mot en français pour traduire « how cool». C’est vraiment une langue de «loser». «Not so cool» pantoute!

    C’n'est pas parfait, mais c’est déjà un peu clair.

    De rien, vieux!

  • Simon Jodoin
    30 octobre 2009

    Salut Julie!

    Je te présente les intégristes paranoïaques du Québec. On se connaît bien moi et eux.

    Chers intégristes paranoïaques, je vous présente Julie. Elle est gentille, jolie et connait mieux le français que vous.

    Now, you know each other… Et moi je dis fuck off dans les deux langues.

    Votons pour un Québec Grec.

    S.

Rien à dire

julieb

www.grenadine.bandcamp.com

À propos

RUBRIQUES