BangBang : bangbangblog.com

Rien à dire

Loin du grand musée de cire

julieb
24 août 2009

Ouin. Dernière semaine dans le Poitou. Après ça, Paris et Bruxelles. Ça promet. Quoi, je ne saurais le dire. Après, retour à Verdun pour quelques semaines et cinq semaines de tournée, de ce bord’ citte en plus.

Je suis en train de répondre au Bang Bang O Test et je remarque que je suis beaucoup plus inspirée sur la fouille que dans mon duvet ou aux Marmottes. C’est toujours comme ça, sauf que dans mon cas, puisque je me soumets à un exercice intense qui consiste à mélanger le moins possible archéo et musique, ça ne mène à rien (et c’est un échec, de surcroit). Vous savez, Paul Piché là…Ben: non. Je pense à autre chose en travaillant et j’ai l’impression qu’on a l’impression que je me «poigne le bong» (tel qu’ils comprennent l’expression). Donc, sortir un carnet pour noter des idées, ce serait le comble du comble du comble. En plus de faire très graine.

Je remarque aussi que ça passe vite, quatre semaines, quand tu t’ennuies pas trop de rien ni de personne. Ben…En tout cas.

À part ça…ben je suis toujours entourée d’une vingtaine de personnes qui croient dûr comme fer que je suis méga-connue au Québec, bien que je le démente (ça fait encore plus fausse humilité, alors ça alimente le mythe). Essayez de vous expliquer lorsque la toune joue une trentaine de fois par jour sur toutes les radios du pays, et je n’exagère pas. J’ai aussi vingt pieds à terre en France et en échange, il est possible que je me transforme en auberge de jeunesse d’ici 2010. J’ai développé une affection particulière pour les bains de soleil, le Milka, le Broyé, le Velours, les petits bruns, le café sur le site, la prise de poids, etc.

J’aime aussi les road trip dans les cités médiévales, bien que lorsqu’on y entend un groupe jouer en plein air Sweet Home Alabama, j’aime moins. J’aime pas quand Ils parlent anglais, surtout quand il s’agit de musique (on parle de un concert de U-deux, rien de moins). J’aime pas les graines du Québec, mais j’aime mieux le tamisage façon cheu nous, parce que ça prend 15 secondes au lieu de 5 heures par CHAUDIÈRE (chaudière chaudière chaudière, ici non plus, ça veut rien dire) et qu’on écoute pas du Pink en s’exécutant.

Je dis maintenant «Putaing, Marie», «tu la jartes», «tu m’étonnes», «du coup», «mais j’hallucine», «c’est trop fort», etc. Je sais ce qu’est un zgueg et le chaton du village a été baptisé Bizoune.

Pour terminer, en vrac, j’ai manqué les Francos bien qu’elles fussent plutôt intense (10 jours à m’en remettre), je manque le FME, je manque la rentrée, je manquerai probablement le train mais je ne manquerai pas de conjuguer avoirs et être cet automne. Kin toé.
Image241

Pas encore de commentaire.

Rien à dire

julieb

www.grenadine.bandcamp.com

À propos

RUBRIQUES