BangBang : bangbangblog.com

Rien à dire

Le temps fond comme la neige en juillet

julieb
28 juillet 2009

Tiens, je remarque que je suis disparue de la page d’accueil de Bang Bang: c’est signe que je dois poster quelque chose. Ou que je n’existe plus, tout simplement (moins probable). En voulez-vous des états d’âme? Non? Ok, je sais qu’on avait dit: plus d’états d’âme ici (et plus de compte rendu de road, etc. etc.), mais y’a peu de choses à propos desquelles je peux bloguer sinon, ces temps-ci du moins.

En tout cas.

En faisant du ménage (et un gros), je suis tombée sur une petite feuille coincée entre deux relevés bancaires: «Vices de journaliste». Ha ha ha ha ha. Je suis tombée sur des paroles griffonnées par Carl-Éric Hudon, sur le setlist du premier show du Husky (dans le best of 2006 d’ORL, ne l’oublions jamais) et sur celui du dernier show de Malatête au Zoobizarre en 2007 (la fois de la commotion cérébrale, là). Je suis tombée sur des reçus de Jean Coutu qui me font réaliser que je me teignais les cheveux pas mal souvent y’a quelques années. Sur des tonnes de coupures de journaux (Ma__jube formule à 5…), sur la facture de ma première épicerie en appartement (83$), sur mes lettres d’acceptation au Cégep, au bacc., à la maîtrise et finalement, sur celle m’annonçant qu’une bourse m’avait échappée (maintenant déchirée). J’ai trouvé des listes de toutes sortes, datant de 2002-2004, du genre:

1. Écrire des tounes;
2. Faire un démo;
3. Trouver une maison de disque;
4. Faire le plus de shows possibles.

HA HA HA HA. J’ai aussi compris que même avec toute la bonne volonté du monde, je ne réussirai jamais à remplir un cahier Canada d’un bout à l’autre, pour quoi que ce soit. Et que prendre des notes de lecture, ça ne servait à rien. Que mes intérêts ne se reflétaient pas vraiment dans ce que je possédais. Qu’en 2004-2005, j’avais une façon douteuse de gérer mon porte-feuille, selon des reçus de guichet qui traînaient au fond d’un tiroir. La preuve:

1. Solde du 17 déc. 2004=6894$
2. Solde du 29 déc. 2004=3885$
3. Solde du 18 fév. 2005=535$

Suis-je allée en croisière sans m’en souvenir? Aie-je fait partie d’un band vraiment road à 20 ans et j’ai tout oublié? Aie-je fait de très gros cadeaux de Noël et/ou de St-Valentin? Me suis-je fait hacker le porte-monnaie?

J’ai compris que je possédais pas mal d’élastiques à cheveux, bien que je craigne toujours d’en manquer. Que je ne devrais pas aller voir ce film et que ma vie se résumait maintenant à trois Tupperware géants remplis et achetés en spécial chez Zellers de la place Alexis-Nihon par un samedi brun de juillet 2009:

1. Journaux, revues et dépliants touristiques;
2. Notes de cours, photocopies d’articles et notes de lecture;
3. Souvenirs, déco, posters, photos, etc.,

me donnant comme consigne stricte de toujours respecter les trois divisions, mais sachant bien que ça ne marchera jamais. Je sais pas jusqu’à quel point le contenu d’un garde-robe, d’un tiroir ou d’une armoire reflète la vie de quelqu’un, mais le mien était pas mal en désordre. Là, c’est vraiment clean. Et vide.

La seule consolation à cette journée très, très brune, c’est la toute toute dernière chose qui restait dans le fin fond de ma pile de cochonneries de tiroir: un message de biscuit chinois. Eh oui (c’est digne d’un film hein, et vue la quantité de ce genre de bouts de papier qui traine un peu partout chez nous, c’est aussi signe que je devrais cesser de manger dans des bouis-bouis sur Wellington à la moindre occasion):

«Le temps est propice au changement / A good time to start something new».

Pas encore de commentaire.

Rien à dire

julieb

www.grenadine.bandcamp.com

À propos

RUBRIQUES